A valid marriage requires the consent (clear agreement or willingness) of both people to marry one another. Both people getting married have the choice if, when and whom they marry.  A forced marriage is a marriage where one or both individuals do not consent to the marriage. Abuse, both physical and emotional, might be used to force one or both people to marry. A forced marriage may also involve someone who cannot legally give consent, such as a person who is too young to be married or who is not able to understand what marriage means because of an intellectual disability. Forced marriage can happen to individuals of any age, gender, sexual orientation, culture, religion, level of education, economic status, and in any area of the world, including in Canada. It can also happen to Canadians travelling or living abroad. Forced marriage is not the same as arranged marriage, which has a longstanding tradition in some communities. In an arranged marriage, parents or other family members may recommend a marriage partner to the individual, who ultimately chooses whether or not to marry. In an arranged marriage, the people getting married want to marry one another, and give their consent to the marriage. In cases of forced marriage, parents, relatives and community members might use emotional pressure, threats or violence to force someone to marry. The person may also be forced to have sex, or forced to get pregnant. In some cases, people are taken abroad against their will to be married. Sometimes a person might be told they are going on a trip to visit relatives, not knowing that a marriage has been planned for them while abroad. When they arrive in the foreign country, their passports and money are sometimes taken from them and they may be constantly watched to stop them from returning to Canada. They might be prevented from communicating with others to ask for help.


Un mariage valide nécessite le consentement (l’expression de la volonté ou un accord clair) des deux personnes qui s’épousent. Ces deux personnes peuvent décider si elles se marient ou non, à quel moment et avec qui. Un mariage forcé est un mariage contracté sans le consentement de l’une ou des deux parties. Les sévices, tant physiques que psychologiques, peuvent être utilisés pour forcer l’une des personnes, ou les deux, à se marier. Un mariage peut aussi être imposé à quelqu’un qui n’est pas à même de donner légalement son consentement, telle une personne trop jeune pour se marier ou qui ne comprend pas la signification du mariage en raison d’une déficience intellectuelle. Des personnes peuvent être forcées de se marier, peu importe leur âge, leur sexe, leur orientation sexuelle, leur culture, leur religion, leur niveau d’instruction ou leur situation économique, dans n’importe quelle partie du monde, y compris au Canada. Les Canadiens qui voyagent ou qui habitent à l’étranger peuvent également être forcés à se marier. Le mariage forcé est différent du mariage arrangé, qui est une tradition de longue date dans certaines communautés. Lors d’un mariage arrangé, les parents ou d'autres membres de la famille peuvent recommander des candidats possibles à la personne, laquelle, en définitive, a le droit de choisir de se marier ou non. Dans ce cas, les personnes qui se marient souhaitent le faire et elles donnent leur consentement. Dans le cas d’un mariage forcé, les parents, la famille élargie et les membres de la communauté peuvent user de pressions émotionnelles, de menaces ou de violence pour forcer quelqu’un à se marier. La personne peut aussi être forcée d’avoir des relations sexuelles ou de devenir enceinte. Dans certains cas, une personne peut être emmenée à l’étranger contre sa volonté pour être mariée. Parfois, on peut lui dire qu’elle va faire un voyage pour rendre visite à des membres de sa famille, sans lui révéler qu’un mariage est prévu pendant qu’elle sera à l’étranger. Lorsqu’elle arrive dans le pays étranger, son passeport et son argent peuvent lui être confisqués, et elle peut être constamment surveillée pour l’empêcher de rentrer au Canada. On peut aussi l’empêcher de communiquer avec qui que ce soit pour demander de l’aide.