Cliquez ici pour Résilience des victimes de violence: Compréhension des forces pour améliorer la formation en assistance aux victimes

FAQ

Qui peut participer dans ce projet de recherche?

Pour participer à cette étude, vous devez répondre aux critères suivants :

  • Vous devez être âgé de 18 ans ou plus au moment de votre participation (bien que vous puissiez référer à des expériences qui ont eu lieu avant l'âge de 18 ans).
  • Vous devez avoir personnellement subi une forme de violence ou d'abus, ou être un survivant de la famille de l’abusé, ou encore le partenaire d'une victime d'homicide.
  • Votre cas ne doit pas être devant un tribunal criminel un tribunal de la famille au moment de votre participation au sondage.

Qu’est-ce que c’est le but de cette étude?

L'objectif de cette étude est de tirer leçon de vos expériences à la suite de crimes violents ou d'abus. Nous sommes intéressés à savoir ce que vous avez trouvé utile, toute expérience que vous avez eue avec le système de justice pénale, et comment améliorer le soutien apporté aux victimes et aux survivants de la violence.

Qui conduit-ils ce projet de recherche?

Ce projet est conduit par Dr Benjamin Roebuck (Programme diplômé de victimologie, Collège Algonquin) et Dre Holly Johnson (Département de Criminologie, Université d’Ottawa). Le projet est financé par le Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH).

Biographies des chercheurs:

Dr Benjamin Roebuck est le coordinateur du programme diplômé de victimologie au Collège Algonquin. Il tient un Doctorat de Criminologie de l’Université d’Ottawa (2014). La plupart de sa recherche se concentre sur les forces des jeunes sans-abris à Ottawa. Il a travaillé beaucoup sur pleins de publications, de subventions, et de partenariats dans ce domaine de recherche. Il est un participant actif dans le Société mondiale de victimologie (WSV), où il a présenté sa recherche à leur conférence à Japon en 2008 ainsi qu’au conférence annuel à Dubrovnik, Croatie chaque année depuis 2011.

La recherche de Dre Holly Johnson se concentre sur la justice criminelle et les réponses sociales à la violence sexuelle, à la violence contre les partenaires intimes et à l’homicide de partenaires intimes, ainsi qu’aux défis méthodologiques pour mesurer la nature et la prévalence de ces expériences. Elle était la chercheuse principale pour le premier sondage de Statistique Canada concernant la violence contre les femmes et la coordinatrice du Sondage international concernant la violence contre les femmes. Dre Johnson participe activement aux plusieurs réseaux nationaux et internationaux avec le but d’affiner les outils de recherche, prévenir la violence contre les femmes et améliorer les interventions et réponses à ces crimes. Les contributions de Dre Johnson à la communauté locale incluent d’être un membre dans la Coalition d'Ottawa contre la violence faite aux femmes, un membre du Comité consultatif au Service de police d’Ottawa pour améliorer leur réponse aux crimes de violence faite aux femmes, un membre du Groupe de travail sur le respect et l'égalité à l’Université d’Ottawa, un membre des comités consultatifs à Prévention du Crime Ottawa et un membre du comité d’organisation de l’Alliance Féministe pour l’Action Internationale.

Comment voyez-vous garder mes réponses confidentielles?

Toutes vos réponses sont strictement confidentielles et votre identité est protégée. Vous n'aurez pas à fournir votre nom ou toute autre information permettant de vous identifier. Votre adresse IP Internet ne sera pas gardée en mémoire. Les seules personnes qui auront accès à vos réponses sont les recherchistes, qui n’auront jamais accès à votre identité. Lorsque les résultats seront publiés, vos réponses seront regroupées avec les réponses des autres participants afin de protéger votre identité. Vous serez possiblement cité, mais les recherchistes s’assureront que vous ne pourrez pas être identifié.

Combien de temps prends-il le sondage?

Le sondage devrait prendre environ 20 minutes.

Si je décide je ne veux pas finir le sondage lorsque j’ai commencé, que puis-je faire?

Ce sondage est volontaire et vous pouvez refuser de répondre à n’importe quelle question. Vous êtes libre de quitter l'étude à n’importe quel moment. Cependant, étant donné que cette enquête est totalement anonyme, il ne sera pas possible d’effacer ou modifier vos réponses une fois que vous aurez cliqué le bouton "envoyer" à la fin du questionnaire.

Que puis-je faire si ma participation dans le sondage provoque-t-il des émotions ou des souvenirs négatifs?

Dépendamment de votre expérience, certaines questions peuvent être difficiles à répondre ou peuvent déclencher des émotions ou des souvenirs négatifs. Une liste des services de soutien est fournie au début et la fin du sondage au cas où de tels sentiments resurgiraient.

 

Ressources

Une liste des services de soutien est fournie au début et à la fin de l'étude. Nous vous invitons à communiquer avec les services s’appliquant à vous et votre situation si vous en avez besoin.

Yukon: VictimLink  1-800-563-0808

Territoires du Nord-Ouest: Assistance des services aux victimes  1-867-767-9261

Nunavut: Ligne de crise du gouvernement du Nunavut  1-866-456-5216

Nunavut:  Ligne d'aide de Nunavut Kamatsiaqtut  1-800-265-3333

Colombie-Britannique: VictimLinkBC  1-800-563-0808

Alberta: Victimes de crimes  310-0000

Saskatchewan:  Ligne de crise  1-306-244-2224

Manitoba: Service de soutien aux droits des victimes  (VRSS) 1-866-484-2846

Ontario:  Linge de soutien aux victimes (VSL)  1-888-579-2888 ou dans la région de Toronto 1-416-314-2447

Québec:  Centres d'aide aux victimes d'actes criminels (CAVAC)  1-866-532-2822

New Brunswick:  Chimo ligne d’écoute  1-800-667-5005

Île du Prince Édouard:  Ligne d’écoute de l’Î-P-E  1-800-218-2885

Nouvelle-Écosse:  Services aux victimes  1-888-470-0773

Terre-Neuve/Labrador:  Centre de crise  1-888-737-4668

Ressources nationaux: Canadian Resource Centre for Victims of Crime  1-877-232-2610  OU   Victim Justice Network