Services & Supports

A valid marriage requires the consent (clear agreement or willingness) of both people to marry one another. Both people getting married have the choice if, when and whom they marry.  A forced marriage is a marriage where one or both individuals do not consent to the marriage. Abuse, both physical and emotional, might be used to force one or both people to marry. A forced marriage may also involve someone who cannot legally give consent, such as a person who is too young to be married or who is not able to understand what marriage means because of an intellectual disability. Forced marriage can happen to individuals of any age, gender, sexual orientation, culture, religion, level of education, economic status, and in any area of the world, including in Canada. It can also happen to Canadians travelling or living abroad. Forced marriage is not the same as arranged marriage, which has a longstanding tradition in some communities. In an arranged marriage, parents or other family members may recommend a marriage partner to the individual, who ultimately chooses whether or not to marry. In an arranged marriage, the people getting married want to marry one another, and give their consent to the marriage. In cases of forced marriage, parents, relatives and community members might use emotional pressure, threats or violence to force someone to marry. The person may also be forced to have sex, or forced to get pregnant. In some cases, people are taken abroad against their will to be married. Sometimes a person might be told they are going on a trip to visit relatives, not knowing that a marriage has been planned for them while abroad. When they arrive in the foreign country, their passports and money are sometimes taken from them and they may be constantly watched to stop them from returning to Canada. They might be prevented from communicating with others to ask for help.

Un mariage valide nécessite le consentement (l’expression de la volonté ou un accord clair) des deux personnes qui s’épousent. Ces deux personnes peuvent décider si elles se marient ou non, à quel moment et avec qui. Un mariage forcé est un mariage contracté sans le consentement de l’une ou des deux parties. Les sévices, tant physiques que psychologiques, peuvent être utilisés pour forcer l’une des personnes, ou les deux, à se marier. Un mariage peut aussi être imposé à quelqu’un qui n’est pas à même de donner légalement son consentement, telle une personne trop jeune pour se marier ou qui ne comprend pas la signification du mariage en raison d’une déficience intellectuelle. Des personnes peuvent être forcées de se marier, peu importe leur âge, leur sexe, leur orientation sexuelle, leur culture, leur religion, leur niveau d’instruction ou leur situation économique, dans n’importe quelle partie du monde, y compris au Canada. Les Canadiens qui voyagent ou qui habitent à l’étranger peuvent également être forcés à se marier. Le mariage forcé est différent du mariage arrangé, qui est une tradition de longue date dans certaines communautés. Lors d’un mariage arrangé, les parents ou d'autres membres de la famille peuvent recommander des candidats possibles à la personne, laquelle, en définitive, a le droit de choisir de se marier ou non. Dans ce cas, les personnes qui se marient souhaitent le faire et elles donnent leur consentement. Dans le cas d’un mariage forcé, les parents, la famille élargie et les membres de la communauté peuvent user de pressions émotionnelles, de menaces ou de violence pour forcer quelqu’un à se marier. La personne peut aussi être forcée d’avoir des relations sexuelles ou de devenir enceinte. Dans certains cas, une personne peut être emmenée à l’étranger contre sa volonté pour être mariée. Parfois, on peut lui dire qu’elle va faire un voyage pour rendre visite à des membres de sa famille, sans lui révéler qu’un mariage est prévu pendant qu’elle sera à l’étranger. Lorsqu’elle arrive dans le pays étranger, son passeport et son argent peuvent lui être confisqués, et elle peut être constamment surveillée pour l’empêcher de rentrer au Canada. On peut aussi l’empêcher de communiquer avec qui que ce soit pour demander de l’aide.

There is no designated sexual assault centre in the N.W.T.   Victims of sexual assault may contact the numbers listed to obtain informal or formal counselling and support.

There is no designated sexual assault centre in the Yukon. Victims of sexual assault may contact the following agencies to obtain informal or formal counselling and support.      Dawson City Women's Shelter   Crisis line: 867-993-5086    For counselling and information:  867-993-5086    Watson Lake  Help and Hope for Families: Transition home / women's shelter.  24 hour crisis line: 867-536-7233       Whitehorse: Victim Services and Family Violence Prevention Unit  Crisis line: 1-800-661-0408

The Canadian Centre for Information on Missing Adults (CCIMA) is a bilingual online resource that acts as an information and referral centre for Canadian families and friends of missing individuals.  The goal of CCIMA is to provide Canadian families with useful and practical information to help them cope with the realities arising from having a missing adult loved one. To this end, CCIMA has created a series of fact sheets addressing issues and processes that need to be negotiated by families whose loved ones have disappeared. As well, existing guidebooks and information sheets have been included in the online resources to further aid families.  We also seek to provide professionals working with victims of crime and trauma with information and resources that will help them better serve families who report a missing adult. The website will also facilitate the development of relationships between law enforcement agencies, front line service providers, Internet volunteer groups, international agencies and Aboriginal groups in order to exchange information and make referrals to appropriate agencies.  The Canadian Centre for Information on Missing Adults is a cooperative project between the Canadian Resource Centre for Victims of Crime and Ontario’s Missing Adults.

Le Centre canadien d’information sur les adultes disparus (CCIAD) est une ressource bilingue en ligne agissant en tant que centre d’information, d’aiguillage et de réseautage desservant les familles et les amis canadiens de personnes disparues.  Nous essayons d’habiliter les familles canadiennes à comprendre les complexités qu’entraîne la disparition d’un adulte dans leur vie et à s’y adapter le mieux possible.  Nous essayons aussi de fournir aux professionnels œuvrant auprès de victimes d’actes criminels et de traumatismes, l’information et les ressources qui les aideront à mieux desservir les familles qui signalent la disparition d’un membre adulte. Notre site Web permettra également d’établir des liens entre les organismes responsables de l’application des lois, les fournisseurs de services de première ligne, les groupes bénévoles dans l’Internet, les organismes internationaux et les groupes aborigènes, afin de favoriser l’échange d’information et l’aiguillage vers les organismes appropriés.  Le Centre canadien d’information sur les adultes disparus (CCIAD) est un projet réalisé en coopération par le Centre canadien de ressources pour les victimes de crimes et Adultes disparus de l’Ontario.

The content of this site is curated for and provided by elder abuse stakeholders from across Canada. We offer
A national platform for knowledge dissemination; a way to connect and collaborate with your peers and with experts; an overview of available resources, research and promising projects; a source of information for concerned individuals

Le connecteur cnpea.ca c'est: une plateforme nationale pour la dissémination du savoir; un outil de connexion et de collaboration entre pairs et experts de la maltraitance des ainés; une vue d'ensemble des ressources, études et projets prometteurs les plus récents; une source d'information pour particuliers soucieux du bien-être des ainés

Since 1993, the Canadian Resource Centre for Victims of Crime (CRCVC) has been a leader in advocacy for victims and survivors of serious crime in Canada. We are a federal Not-for-Profit Corporation located in Ottawa, Ontario and bilingual services are available. All services are free of charge and confidential. We provide services to meet the diverse needs of all people regardless of race, colour, religion, place of origin, income level, marital status, family status, age, disability, sexual orientation and gender identity. We assist victims and survivors by: Helping them obtain needed services and resources; Assisting them in their dealings with post-trial agencies such as Correctional Service of Canada and the Parole Board of Canada; financial benefits/compensation programs; provincial Review Boards etc.; and Offering long-term emotional support.  We also: advocate for victims’ rights by presenting the interests and perspectives of victims of crime to Government, at all levels; and Provide resource materials to crime victims and service providers in Canada, including a monthly newsletter.

Depuis 1993, le Centre canadien de ressources pour les victimes de crimes (CCRVC) s’avère un chef de file dans le domaine de la défense des victimes et des survivants d’actes criminels au Canada. Nous sommes un organisation fédéral à but non lucratif situé à Ottawa, offrant des services bilingues, gratuits et confidentiels. Nous fournissons des services répondant aux divers besoins de tous les gens, sans égard à la race, à la couleur, à la religion, au lieu d’origine, au niveau de revenu, à l’état civil, à l’état familial, à l’âge, au handicap, à l’orientation sexuelle ou au sexe. Nous épaulons les victimes et les survivants : en les aidant à obtenir les services et les ressources dont elles ont besoin; en les guidant pour bénéficier des organismes après-procès, dont le Service correctionnel du Canada et la Commission nationale des libérations conditionnelles, ainsi que des programmes de financement et/ou d’indemnisation; et en leur offrant un soutien psychologique à long terme. Nos autres services comprennent : le lobbying en faveur des droits des victimes, faisant valoir les intérêts et les perspectives des victimes de crimes à tous les paliers de gouvernement; et l’offre d’une documentation sur les ressources dont disposent les victimes et les fournisseurs de services qui leur sont destinés au Canada, dont un bulletin mensuel.

The Central Okanagan RCMP Victim Services has been in operation since 1989.  The main office is located in the Kelowna RCMP Detachment at 350 Doyle Avenue, Kelowna, BC; however Victim Services personnel are able to meet with clients in offices located in the Lake Country and West Kelowna RCMP Detachment(s) and associated community policing offices.  The service area covers communities from Peachland to Oyama including the City of Kelowna, District of West Kelowna, Lake Country, Peachland, the electoral areas, and Westbank First Nation.  The program is jointly funded by the Regional District of Central Okanagan, the Ministry of Justice, Westbank First Nation, and is supported by the Kelowna RCMP.  You may obtain assistance including: Emotional Support, Practical Assistance, status of the police file, Criminal Justice System, Court Support including court orientation and accompaniment, Assistance with official forms, Crime Victims Assistance Program (if eligible), Victim Impact Statements, Information on safety planning including home security and personal safety, Referral to other agencies and services, Crisis intervention

Si vous avez été victime d’un acte criminel, si vous êtes un proche d’une victime, si vous avez été témoin d’une agression, d’un vol par effraction ou de tout autre crime, le personnel du CAVAC de l’Estrie peut vous aider à en surmonter les conséquences physiques, psychologiques et sociales. Le CAVAC peut aussi vous aider dans vos démarches pour obtenir une indemnisation pour les préjudices subis.  En collaboration avec le Service de Police de Sherbrooke, la Régie de Police Memphrémagog, le Service de Police de Granby et la Sûreté du Québec, le CAVAC de l’Estrie assure également un service d'intervention immédiate, et ce, 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Les locaux du CAVAC sont situés au 309, rue Marquette à Sherbrooke (Québec)  J1H 1M2.

Si vous avez été victime d’un acte criminel, si vous êtes un proche d’une victime, si vous avez été témoin d’une agression, d’un vol par effraction ou de tout autre crime, le personnel du CAVAC de la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches peut vous aider à en surmonter les conséquences physiques, psychologiques et sociales. Le CAVAC peut aussi vous aider dans vos démarches pour obtenir une indemnisation pour les préjudices subis.

CAVAC in Quebec City and Chaudière-Appalaches regions assists victims of and those who may have witnessed  robbery and violent crime to surmount the resultant physical, psychological and social consequences.  CAVAC can also assist you in the steps toward obtaining compensation for losses suffered.

Le CALACS francophone d'Ottawa est un organisme féministe, géré et opéré par et pour les femmes. Dans ses revendications pour la justice sociale, il dénonce les agressions à caractère sexuel et lutte pour l'égalité et les droits des femmes. Il offre une multitude de services aux femmes survivantes et il s'engage activement à la prévention et la sensibilisation dans la communauté. Nous offrons des services aux femmes de 16 ans et plus d'expression française ayant vécu de l'agression à caractère sexuel. Tous nos services sont gratuits et confidentiels.

Disclaimer: Welcome to our Find Help listing of services that provide help for victims of crime.  This listing represents only a subset of the many services and supports available to Canadians across Canada and we hope it is helpful for users of the Victim Justice Network site.  For a more comprehensive listing of services helping victims through all stages of their needs, we do encourage you to avail yourselves of your local 211 phone or online services or, alternatively, of your regional community services listings most of which are included in this site under Information and Referral.  The services listed on this site are based on the most recent information available on those services' individual websites in mid-2015.  We will endeavour to review these annually for accuracy and any changes or discontinuation of service.

Décharge: Voici notre liste des services Find Help visant à aider les victimes de crime. Cette liste ne représente qu’une partie des nombreux services et soutiens mis à la disposition des Canadiens dans tout le pays. Nous espérons qu’elle sera utile aux utilisateurs du site de Victim Justice Network. Si vous souhaitez en obtenir une plus complète, à quelque niveau des besoins des victimes que ce soit, n’hésitez pas à appeler votre numéro local 211 ou à utiliser des services en ligne ou encore les listes de services communautaires régionaux, services qui, pour la plupart, sont indiqués sur ce site sous la rubrique Information and Referral. Ces services ont été relevés dans les toutes dernières informations disponibles à la mi-2015 sur les sites pertinents. Nous nous efforcerons de les revoir chaque année pour qu’ils restent à jour.